Rôle et Mission

Au cours de ces dernières années, la structuration de la recherche dans le Grand Est et dans le domaine des NanoSciences s’est accélérée sur la base de la mise en place dans le Grand Est de deux centrales de proximité rendant ainsi l’accès aux nano-objets à tous. Force est de constater que restreindre la communauté aux seuls ‘technologues’ conduit à se priver de toutes les approches ‘bottom up’ pourtant riches en solutions d’avenir et en thématiques interdisciplinaires.

Nous avons proposé la création d’un groupement de recherche ‘GdR Nano Grand Est’ constitué d’équipes et de laboratoires ayant pour but de comprendre, maîtriser et exploiter les éléments du nano-monde et des nano-systèmes dans la perspective de faire progresser les nanosciences, et cela indépendamment des techniques expérimentales permettant leur réalisation ou leur étude.

Après avoir fait la promotion des thématiques porteuses en NanoSciences qui font l’originalité du Grand Est, C’Nano Grand Est s’est peu à peu ouvert à d’autres thématiques et au 25 laboratoires initialement comptés lors du premier recensement, des laboratoires se sont greffés. On peut notamment compter des laboratoires travaillants sur la biologie moléculaire (IBMC, Strasbourg), les semiconducteurs et le photovoltaïque (INESS, Strasbourg ; GeorgiaTech, Metz) et très récemment une enquête a été menée sur l’interface entre Nano et Médecine.

Les équipes et laboratoires du GdR Nano Grand Est mènent des recherches fondamentales et appliquées pour comprendre, maîtriser et exploiter les nanosciences indispensables au développement des nanotechnologies. Les objectifs principaux du GdR Grand Est sont

Animer au plan scientifique la communauté des nanosciences dans le Grand Est par le biais de conférences, séminaires et partages d’expériences.
Participer à des actions de formation transfrontalières dans le domaine des nanosciences par la mise en place de rencontres et écoles thématiques interdisciplinaires destinées à la formation permanente des doctorants, chercheurs et étudiants de Master.
Favoriser l’émergence de projets fédérateurs interdisciplinaires par la mise en place de projets communs, le partage de moyens et la mobilité géographique des thésards, post-doctorants et chercheurs.
Mener des partenariats avec les régions européennes et notamment avec l’Allemagne, le Luxembourg, la Belgique et la Suisse, les pays voisins avec lesquels des liens forts ont d’ores et déjà été noués.
Renforcer l’intégration des activités de recherche dans le domaine des nanosciences à l’échelle régionale.
Faire connaître auprès du milieu industriel et du grand public les nanosciences et leurs potentialités et de participer à la vulgarisation scientifique nécessaire aux débats citoyens sur les enjeux des nanosciences.